Petition Irak

Découvrez les actus d'un français en Irak

Gainsbourg

GainsbourgLe premier jour, il a fallu que je sois dans une baignoire, nue, avec Serge Gainsbourg qui lui avait droit à un slip bleu-blanc-rouge ; je trouvais que c’était déjà une vacherie d’être là, avec cette hostilité vivante dans la baignoire, obligée de feindre que je nageais en plein bonheur… C’était si difficile, le soir j’ai demandé à Pierre Grimblat qu’il arrange une sortie avec ce garçon qui avait l’air si agressif. On est allés voir Serge chez lui, où il a mis sur le pick-up le disque «Je t’aime, moi non plus» qu’il chantait avec Brigitte Bardot. J’étais soufflée de gêne et d’embarras, tellement c’était troublant. En voulant ouvrir une boîte de biscuits japonais en fer blanc, je me suis coincé la main et je me suis coupée… Je saignais, et je voyais que mon partenaire n’était absolument pas touché par cette main saignante… et on est allés dans une boîte de nuit. Là, il m’a invitée à danser, et j’ai été ravie de découvrir que ce garçon, malgré son sens du rythme, me marchait sur les pieds. Il ne savait pas danser du tout, il était maladroit. Et c’est peut-être cette maladresse-là qui m’a tant charmée. J’ai compris que tout le reste n’était que le masque d’une timidité et d’une gêne rarissimes en présence des femmes. A partir de là, ce fut la découverte d’un bonheur que j’avais cru disparu à tout jamais.

Poupée brisée

Quand on a tourné la scène où il tue sa femme et ses enfants, la petite fille ne voulait pas mourir, c’était affreux. Elle n’arrêtait pas de pleurer et de bouger après qu’il ait tiré. Depardieu me portait dans l’escalier, dans une position de poupée de porcelaine brisée, mes jambes écartées en avant et ma tête sur le côté. C’est ce que je voulais, rester inerte comme ça, je trouvais que c’était la position la plus disgracieuse. J’ai tellement vu de morts gracieuses que je voulais être une poupée distordue. J’étais si contente d’être tuée ! On avait une maquilleuse formidable. D’abord elle a étiré ma bouche jusqu’à mon oreille, avec du Scotch et de la colle. Ensuite, elle a mis un morceau de côtelette écrasée, bien plate, pour imiter les bouts de peau déchiquetée. Puis elle a rempli ça avec de la pâte à modeler, en me tirant c’était hideux. Je voulais vraiment être esquintée, pas seulement avoir un petit trou dans le front. Rouffio était tout à fait ravi de ce maquillage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *